[Skip to Content]

« Je ne veux pas arrêter le jardinage »

Les jardiniers plus âgés, avec des capacités physiques limitées, comme Dominique, seraient sérieusement affectés par une interdiction du glyphosate, car ils ont besoin de désherbant pour continuer à jardiner

 

Je m’appelle Dominique, j’ai 77 ans, et ma passion pour le jardinage a commencé quand mon époux et moi avons emménagé dans notre maison dans la région de Nevers, en France, en 1976.

Le jardin est divisé en quatre sections différentes et le tout réuni, nous avons environ 4 000 m2 de terrain. Je suis très heureuse de l’aménagement paysager.

Au fil des années, j’ai planté de nombreux buissons fleuris, comme des céanothes, des forsythias, des abelias, des elaeagnus, des viornes et des orangers mexicains pour leur odeur… ils sentent toujours si bons ! J’aime avoir un mélange de vert clair et de vert jaune, avec l’absinthe, le forsythia et le seringa.

J’aime m’asseoir et regarder mon jardin. C’est mon grand plaisir après une journée de travail de pouvoir m’arrêter et de profiter de la vue. Au coucher du soleil, c’est magnifique.

« Si le glyphosate est interdit, je vais avoir de gros problèmes. Compte tenu de ma situation personnelle, je ne sais pas ce que je ferais si je devais abandonner mon désherbant. »

Dominique, Nevers, France

Réinventer le jardin

Il n’a pas toujours ressemblé à cela. Quand on a emménagé ici, il n’y avait que le premier jardin ; il s’agissait simplement de 300 m2 couverts de graviers. Je pensais que c’était sombre ; un grand mur assombrissait l’ensemble, avec un grand fossé au milieu pour laisser les eaux de pluie s’écouler.

Il y avait deux tilleuls magnifiques, mais le reste était très austère, avec beaucoup de béton. Peu à peu, j’ai acquis plus de jardins et je me suis débarrassée du mur qui me donnait l’impression d’être en prison.

La première étape a consisté à remplacer le gravier par de la pelouse. Nous avons dû garder les choses en l’état avant de pouvoir nous offrir le second jardin. Ensuite, j’ai fait abaisser le mur pour installer un petit portail de style anglais.

Nous avons ensuite décidé de nous atteler au second jardin, qui avait été plus ou moins utilisé comme un dépotoir par les précédents habitants. Peu à peu, nous avons transformé cette cour et ce jardin en espaces verts.

Nous avons attendu de pouvoir nous offrir le troisième jardin, vendu avec un grand bâtiment que nous utilisons à présent comme garage. Nous avons également ajouté un petit portail, des marches et un pont.

Au final, nous avons relié les quatre jardins. Pour nos vieux jours, notre objectif est de parvenir à les entretenir sans trop d’efforts. C’est pourquoi nous avons décidé de planter davantage de plantes et d’arbustes à fleurs dont nous pouvons profiter toute l’année.

 

Entretenir les jardins

Nous avons essayé d’aménager tout le jardin avec davantage d’arbustes fleuris, car l’entretien demande beaucoup de travail et c’est plus facile avec des arbustes. Je passais tellement de temps dans le jardin que je ne pouvais pas profiter de la maison ou passer du temps avec mes amis.

J’ai également fait en sorte de diminuer la charge de travail dans le jardin, car je venais de faire une mauvaise chute et on a dû remplacer ma hanche. C’était un grand choc, parce que c’était complètement inattendu. Après l’opération, j’ai dû repenser à l’entretien de mon jardin puisque je ne suis pas autorisée à faire certains mouvements. Je ne peux pas croiser mes jambes par exemple et, au lieu d’être à quatre pattes, je dois me tenir debout ou être assise quand les buissons sont plus bas.

Je dois aussi bien choisir mes plantes. Par exemple, je ne vais pas planter des fleurs annuelles, ce que j’adorais faire pour illuminer le jardin. Je sais que je dois m’adapter. Je pense pouvoir m’occuper de mes arbustes, et je vais aussi devoir trouver un moyen plus efficace de combattre les mauvaises herbes.

 

J’ai besoin de désherbant

Pour que le jardin et les parterres soient propres et nets, j’ai besoin de désherbant. « Si le glyphosate est interdit, je vais avoir de gros problèmes. Compte tenu de ma situation personnelle, je ne sais pas ce que je ferais si je devais abandonner mon désherbant. »

Malgré mes problèmes de hanche, je peux toujours profiter du jardin. J’aime être prêt du salon, à l’ombre quand il fait chaud l’été ; là je peux voir mes quatre jardins en perspective, c’est vraiment agréable. Au fond, les grands arbres nous abritent du reste du monde.

Utilisez les produits phytopharmaceutiques avec précaution. Avant toute utilisation, lisez l’étiquette et les informations concernant le produit.



Sitemap